Mercato estival 2020 : Le bilan des recrues

Mercato estival 2020 : Le bilan des recrues

28 décembre 2020 20 Par Anthony C

Après 17 journées de championnat, l’AS Monaco pointe à la sixième place du championnat avec 27 points (8 victoires, 3 nuls et 6 défaites). A quasi mi-parcours, le club de la Principauté reste en embuscade pour les places européennes en étant à quatre points du Stade Rennais, 4ème. Le podium semble en revanche déjà hors d’atteinte avec 8 points de retard sur le PSG, 3ème. Il est donc l’heure de faire le bilan des cinq recrues de l’effectif (Volland, Disasi, Henrique, Mannone et Luis) achetées par le nouveau directeur sportif, Paul Mitchell.

Les satisfactions

Kevin Volland : Transfuge du Bayer Leverkusen pour 15 millions, Kevin Volland a été recruté pour sa polyvalence et son altruisme. Capable d’évoluer sur plusieurs postes en attaque, il a d’abord été placé sur un côté dans le 4-3-3 de Niko Kovac. Il a ensuite été replacé dans l’axe avec Wissam Ben Yedder lorsque le coach a instauré le 4-4-2 suite à la défaite de Lyon en octobre dernier.

Certes, ses débuts ont été compliqués avec très peu d’importance dans le jeu monégasque. La faute sans doute à un problème de condition physique. Mais l’Allemand est ensuite légèrement monté en puissance après son premier but contre Bordeaux lors de son septième match. Une rencontre où il inscrit d’ailleurs un doublé. Le joueur de 28 ans s’est ensuite révélé décisif contre le PSG deux journées plus tard en marquant deux buts et en obtenant le penalty de la victoire. Certainement sa meilleure partition sous la tunique monégasque à ce jour. Décisif toutes les 151 minutes, c’est également lui qui marque le seul but de la rencontre à Dijon et qui égalise contre Saint-Etienne lors du dernier match de l’année 2020.

Au final, sa première partie de saison est très encourageante avec d’excellentes statistiques personnelles. Il est le meilleur buteur monégasque à égalité avec Ben Yedder. Il doit encore toutefois progresser dans le jeu pour peser davantage sur les défenses adverses et sa complémentarité avec l’international français est encore perfectible.

Statistiques : 1 051 minutes, 15 matchs joués dont 14 titularisations, 7 buts, 3 passes décisives, 2 cartons jaunes.

Caio Henrique : Recruté fin août de l’Atletico Madrid après cinq mois sans jouer, Caio Henrique est arrivé à court de forme. Et pour ne rien arranger, il s’est blessé à la cuisse pendant le match amical contre Nice début septembre pour son premier match sous ses nouvelles couleurs. Une blessure qui l’a éloigné des terrains pendant un mois.

Sa première rencontre officielle a lieu contre Montpellier où il rentre à l’heure de jeu avant de jouer la deuxième période contre Lyon, une semaine après. Intéressant à chacune de ses entrées, le latéral gauche est propulsé titulaire contre Bordeaux à la place des décevants Ballo-Touré et Sidibé. La différence est frappante et l’international espoir brésilien réalise un match plein. Il aurait pu être auteur d’une passe décisive pour Ben Yedder si l’arbitre n’avait pas sifflé trop tôt pour donner penalty. Mais sa performance la plus marquante est sans aucun doute la réception du Paris Saint-Germain. Non titularisé après avoir joué deux rencontres internationales avec le Brésil Olympique, il rentre à la mi-temps alors que son équipe est menée 2-0. Son entrée, au même titre que celle de Cesc Fabregas, change le cours du match et offre aux Rouge et Blancs une remontada de prestige. Très offensif, il a en effet apporté de nombreux décalages sur son côté gauche permettant de créer du danger dans la défense parisienne. Les matchs suivants sont en revanche moins aboutis, accusant un coup de pompe physique, au même titre que la plupart de ses coéquipiers. Le deuxième but marseillais vient par exemple d’une perte de balle de sa part aux 25 mètres.

Ses premiers mois sur le Rocher sont donc prometteurs. Cela n’est pas passé inaperçu auprès du sélectionneur olympique brésilien qui l’a sélectionné pour disputer deux rencontres amicales contre la Corée du Sud et l’Egypte afin de préparer les Jeux Olympiques de Tokyo l’été prochain.

Statistiques : 666 minutes, 10 matchs joués dont 7 titularisations, 0 but, 0 passe décisive, 0 carton jaune, 0 carton rouge.

Peut mieux faire

Axel Disasi : Recruté à Reims pour 13 millions, Axel Disasi devait entre autres permettre de retrouver une stabilité défensive qui a été trop souvent mise à mal ces dernières saisons. Après 17 rencontres, on ne peut pas réellement dire que c’est le cas. Avec 25 buts encaissés, l’AS Monaco est seulement la dixième défense du championnat. Evidemment, il n’est pas responsable des fautes individuelles de ses coéquipiers (Benoît Badiashile ou Fodé Ballo-Touré entre autres), mais certaines de ses erreurs ont coûté cher comme face à Lens où il reçoit un carton rouge dès la 23ème minute après une mauvaise passe en retrait vers Vito Mannone. Contre Strasbourg, il commet également un penalty et laisse son équipe à 9. Sans conséquence puisque ses coéquipiers résistent pour gagner 3 à 2. Avec seulement 66% de duels aériens remportés, il a du mal à faire parler son mètre 90.

Mais maintenant qu’on a regardé les points négatifs de son début de saison, tentons de voir du positif. Parce que oui il y en a bien sûr. Déjà, offensivement, ses déplacements sur coup de pied arrêté sont intéressants et il arrive à se créer des occasions. C’est grâce à ça qu’il a pu marquer deux buts. Un lors de la première journée face à son ancienne équipe et à Nice lors du derby. Il n’hésite pas non plus à prendre des risques dans la relance en tentant de délivrer des longs ballons. Si certains ne sont pas bien dosés, d’autres ont permis de créer des situations dangereuses. Cela a été le cas contre Bordeaux pour le quatrième but, celui inscrit par Kevin Volland, où il a été à l’origine de l’action avec une transversale de 40 mètres pour Wissam Ben Yedder. Déjà considéré comme un cadre après seulement une demi-saison, il a été nommé vice-capitaine par Niko Kovac. Preuve de son importance dans le vestiaire monégasque.

Statistiques : 1 170 minutes, 14 matchs joués dont 14 titularisations, 2 buts, 3 cartons jaunes, 2 cartons rouges

Vito Mannone : Recrue surprise de Paul Mitchell, l’ancien gardien d’Arsenal a débarqué au club en tant que troisième gardien derrière Benjamin Lecomte et Radoslaw Majecki. Puis, profitant de la blessure du premier et du manque d’expérience du second, il est monté dans la hiérarchie pour jouer les huit dernières rencontres. Son premier match à Nice n’a pas été idéal pour se mettre en confiance puisqu’il commet une faute de main sur le seul but adverse. Cela n’a malgré eu aucune conséquence avec une victoire des Monégasques sur le score de 2 à 1. Après cette victoire, on ne peut déplorer aucune autre erreur même s’il ne s’est jamais réellement montré décisif, excepté durant les deux derniers matchs. A Dijon, il profite d’abord de la maladresse des joueurs adverses avant de réaliser un arrêt sur sa ligne à la dernière minute pour préserver la victoire 1-0. Enfin, contre Saint-Etienne, il a sans aucun doute effectué sa meilleure performance avec quatre parades en deuxième période. Malgré tout, avec seulement 60% d’arrêts effectués, Mannone est le deuxième gardien à en réaliser le moins devant le Strasbourgeois Bingourou Kamara et à égalité avec… Benjamin Lecomte.

Statistiques : 720 minutes, 8 matchs joués dont 8 titularisations, 12 buts encaissés, 15 arrêts, 60% d’arrêts effectués.

Difficile à juger car trop peu vu

Florentino Luis : Annoncé comme très prometteur au Portugal, Florentino Luis a du mal à montrer son réel niveau au milieu de terrain. Régulièrement hors du groupe ou sur le banc, il n’a disputé que 203 minutes et n’a plus été titulaire depuis la 8ème journée à Lyon. Son match avait d’ailleurs été très compliqué puisqu’il a été en grande difficulté au poste de numéro 6. Il avait été alors sorti dès la mi-temps alors que l’AS Monaco était mené 4-0. Toutefois, son dernier match contre Saint-Etienne, avant la trêve, a été plutôt intéressant avec trois duels gagnés et deux interceptions notamment en 45 minutes.

Preuve de son faible temps de jeu avec le club de la Principauté, il a disputé plus de minutes avec la sélection Espoirs du Portugal. 360 minutes pour être exact. Le joueur de 21 ans a alors participé pleinement à la qualification de son équipe pour l’Euro Espoirs 2021.

Maintenant, que va décider le board monégasque ? Prêté sans option d’achat par le Benfica Lisbonne, Paul Mitchell pourrait décider d’annuler son prêt dès cet hiver et prendre un autre milieu qui apporterait plus. Ou bien lui faire davantage confiance en deuxième partie de saison. Affaire à suivre pendant le mercato.

Statistiques : 203 minutes, 6 matchs joués dont 2 titularisations, 0 but, 0 passe décisive, 0 carton jaune, 0 carton rouge.

Sources : Transfermarkt, Flash Résultats, WhoScored

5 2 votes
Note l'article