Paul Mitchell : ce brillant inconnu

Paul Mitchell : ce brillant inconnu

19 juin 2020 6 Par Franck C

En officialisant l’arrivée très attendue de Paul Mitchell au poste de nouveau directeur sportif de l’ASM, les dirigeants du club princier ont mis fin à une période de vacance de ce poste de presque 10 mois. L’Anglais, âgé de 38 ans, arrive avec un CV plutôt sérieux à défaut d’être clinquant. Paul Mitchell va être désormais en première ligne avec la mise en œuvre d’un mercato estival qui s’annonce délicat à mener : entre réduction inévitable d’un effectif dantesque (plus de 70 joueurs sous contrat) avec donc des départs et des ventes de joueurs à venir (F.Ballo Touré, D.Sidibé etc…), et la gestion de cas épineux pour le prochain effectif monégasque (WBY surtout et les fins de prêts de I.Slimani, T.Bakayoko par exemple), Mitchell va « rentrer dans le dur » d’un changement de cap inévitable pour l’ASM en termes de politique sportive et qui est en proie à une période de difficultés financières dûes à l’arrêt de la Ligue 1 pour cause de Covid-19. L’ancien joueur de Milton Keynes Dons (League One) arrive cependant avec une solide expérience de spécialiste du recrutement et de scouting acquise depuis plus de huit ans. En faisant les beaux jours de Tottenham, puis de la galaxie Sports de Red Bull®, Mitchell a réussi à se faire un nom parmi l’Europe du Football. Le défi monégasque qui se présente désormais à lui promet d’être âpre mais lui permettra aussi de démontrer toute l’étendue d’un savoir-faire reconnu incontestablement par de nombreux grands clubs européens. Portrait du nouveau directeur sportif de l’ASM, un quasi inconnu en France.

 

 Une carrière discrète de joueur professionnel

L’Anglais a en effet évolué pendant presque 8 années en League One (équivalent au National en France) et Championship anglais (équivalent Ligue 2) dans des clubs tels Wigan (son club formateur où il ne s’est jamais imposé), Halifax Town, Swindon Town, Milton Keynes Dons entre autres. Milieu de terrain axial ou défenseur, Mitchell a subi une grave blessure à la cheville mettant fin à sa carrière de joueur à l’âge de 27 ans. Le club des Dons de Milton Keynes lui propose alors un rôle d’ambassadeur du club de cette ville nouvelle d’Angleterre. Mitchell abandonne vite cette casquette au profit d’une nomination de responsable du recrutement suite à l’arrivée d’un nouveau coach en 2010, K.Robinson. Sa nouvelle carrière commence alors.

La montée en puissance

Deux ans plus tard, les talents de Mitchell chez les Dons ont déjà fait parler de lui en Championship. Southampton, alors à l’étage inférieure à la Premier League, le fait venir et lui confie les rênes du scouting. L’Anglais s’y emploie avec brio et arrive à faire signer de jeunes talents britanniques comme Nathaniel Clyne (revendu 17 M€ à Liverpool), ou étrangers comme le défenseur japonais Maya Yoshida (Sampdoria), le jeune gardien argentin P.Gazzaniga (Tottenham) ou encore le Nord Irlandais Steven Davis (Glasgow Rangers). En mai 2012, le club est promu en Premier League et un certain M.Pochettino est nommé entraineur des Saints en janvier 2013 afin de sauver le club de la relégation. Les deux hommes nouent connaissance pendant les 5 mois de lutte pour le maintien de Southampton (maintien obtenu au final). Leurs routes se croisent de nouveau en fin d’année 2014 plus tard lorsque l’Argentin file à Tottenham et demande à ses nouveaux dirigeants de faire venir P.Mitchell. Celui-ci se libère alors de son contrat avec les Saints et arrive à Londres comme chef du scouting des Spurs. Avant de partir des Saints, Mitchell se démène encore pour recruter un certain Sadio Mané ainsi que l’imposant attaquant serbe D.Tadic, ou encore le défenseur croate D.Lovren (OL) à Southampton.

 Un dénicheur de talents et un recruteur de premier plan

Au sein des Spurs, le duo Mitchell et Pochettino s’active afin de rebâtir une équipe capable de jouer les premiers rôles en Premier League. Mitchell s’emploie à renforcer l’effectif du club londonien sur deux axes prioritaires : de jeunes joueurs à fort potentiel et des joueurs confirmés…Au rayon jeunes joueurs talentueux, l’Anglais déniche la pépite anglaise Delle Alli dans son ancien club de Milton Keynes. Mitchell a aussi le nez fin en allant chercher le jeune défenseur central belge T.Alderweireld en difficultés en Liga Espagnole (prêté à Southampton par l’A.Madrid en 2014) et qui intègre les Spurs en juin 2015. Et la même année, il convainc le Sud-Coréen Song (alors au Bayer Leverkusen) de signer à Tottenham et ce, à la barbe du Bayern Munich fortement intéressé. Le jeune latéral anglais, K.Trippier arrive également en provenance de Burnley, et complète alors ces recrutements prometteurs. Tottenham, brillant troisième au classement de la Premier League en mai 2016 doit ensuite se renforcer pour la Ligue des Champions et Mitchell s’attelle alors à la tâche. Au rayon des nouveaux joueurs, il est à la manœuvre pour recruter l’expérimenté français M.Cissokho en provenance de Newcastle et le Kényan V.Wanyama de Southampton ainsi que G.K.N’Koudou de l’OM, et l’attaquant néerlandais V.Janssen d’AZ Alkmaar en 2016. Mais les effets du mercato estival 2016 des Spurs tardent à se faire sentir malgré une enveloppe de presque 80 M.d’€. L’objectif d’un parcours satisfaisant en LDC est vite éteint par une 3ème place en poule qualificative pour les huitièmes de finale (poule composée de l’ASM, le Bayer Leverkusen et le CSKA Moscou). Les hommes de Pochettino retombent alors en Europa League au sein de laquelle ils sont éliminés en 16ème de finale par les Belges de La Gantoise. La seconde place des Spurs en Premier League sauvera cependant une saison quelque peu frustrante en coupe européenne.

L’imbroglio londonien

P.Mitchell connut cependant ses premières difficultés sérieuses en cette même année 2016. Malgré son titre officiel de responsable du recrutement du club londonien, l’Anglais se sent à peu à l’étroit dans cette fonction et les relations ne sont pas forcément au beau fixe avec D.Levy, président des Spurs. Celui-ci semble vouloir garder la main sur certaines opérations de recrutement, ce qui agace Mitchell. Les deux hommes se fâchent à l’été 2016 sur les bases de désaccord profond sur le mercato estival. Mitchell donne alors sa démission au Board des Spurs avec un préavis de …16 mois ! L’Anglais dû alors laisser progressivement la main sur le recrutement des Spurs, et en coulisses, Pochettino eut du mal à digérer ce départ d’un proche collègue. D’un succès certain, l’aventure Tottenham finit en cauchemar pour Mitchell dont certains diront qu’il a tenu tête à Levy et n’aurait pas voulu changer d’avis malgré une tentative de réconciliation du président des Spurs. Mitchell aurait ainsi la réputation d’un homme discret, au caractère feutré mais qui n’apprécie pas que l’on empiète sur son domaine de compétences. On le dit également proche des joueurs qu’il recrute.

 Un homme convoité

Rapidement, Mitchell retrouve un poste de premier plan après la fin chaotique de Tottenham. Il rebondit alors comme responsable du recrutement au Red Bull Leipzig en Bundesliga en février 2018, malgré la cour assidue de Leicester City. Malgré son âge (37 ans en 2017) et son expérience de seulement 6 années dans des clubs professionnels, le potentiel de l’Anglais intéresse de nombreux prétendants en Europe. En choisissant le RB Leipzig, Mitchell donne alors la priorité à un projet nouveau hors d’Angleterre afin de montrer à ses compatriotes qu’il peut réussir hors de son île natale. Cela n’empêche pas certains clubs anglais de lui faire les yeux doux comme M.United, Chelsea ou Arsenal depuis 2018. Au RB, il recrute de jeunes joueurs prometteurs comme le jeune français N.Mukiele qu’il va chercher à Montpellier, ou encore le jeune espagnol D.Olmo (annoncé à l’ASM il y a quelques mois), ou l’attaquant tchèque P.Schick et dernièrement l’ex-parisien C.Nkunku. Mitchell fait des miracles au sein du club allemand et son ascension est fulgurante. Un an et demi après son arrivée, il passe directeur de la stratégie de Red Bull. Gérant désormais la stratégie des clubs de la marque RB (New York Red Bull, Red Bull Salzbourg, RB Leipzig, FC Liefering, Red Bull Bragantino), Mitchell ne peut cependant plus intervenir directement sur les opérations de recrutement et de contractualisation des joueurs convoités. Malgré le prestige du poste, l’Anglais commence à tourner en rond et le carré vert lui manque. Il semble que la proposition et le projet monégasque l’ont convaincu de reprendre son poste de prédilection.

Le défi monégasque

O.Petrov, on le sait, joue gros pour le prochain mercato de l’ASM. Le vice président du club monégasque sait que la prochaine saison devra être en conformité avec les ambitions affichées, le tout en améliorant la situation financière malmenée ces derniers mois. En s’attachant les services de Mitchell, le Russe mise sur un homme qui prioriserait depuis longtemps l’éclosion de jeunes talents au sein du club pour lequel il oeuvre. L’Anglais devra aussi faire preuve de tact (de fermeté aussi) concernant les opportunités de départ de joueurs “bankables” de l’effectif actuel, on pense évidemment à Wissam Ben Yedder. Mitchell serait déjà actif pour régler au plus vite le cas de l’attaquant international français en lui demandant de rester une saison de plus sur le Rocher. Les deux hommes se sont déjà entretenus à ce sujet et la situation de WBY devrait se décanter favorablement dans les prochaines semaines. Le cas des joueurs prêtés la saison passée (T.Bakayoko, A.Silva et I.Slimani) serait aussi déjà acté par Mitchell, les trois joueurs ne devraient pas être conservés. Des ventes de joueurs seront aussi inévitables (F.Ballo-Touré, D.Sidibé etc…) et Mitchell proche des réseaux d’agents de la Premier League, saura mener les négociations. L’Anglais serait également déjà missionné sur le recrutement de joueurs confirmés afin d’encadrer les plus jeunes (et favoriser ainsi leur revente avec plus-value), ce qui reste encore une priorité portée par les dirigeants monégasques, Mitchell devenant ainsi un rouage essentiel à cette politique de financement sportif. L’Anglais aura également à “régler le sort” de nombreux joueurs prêtés par l’ASM ou évoluant en réserve (Mboula, Dias, Isidor, Sylla…), ce qui ne sera pas chose facile…Au delà, Mitchell a obtenu de Petrov un pouvoir élargi en assurant désormais la coordination d’un projet plus large devant renforcer la synergie entre l’ASM et son club filiale, le Cercle de Bruges. Il va falloir quelques semaines encore pour apprécier le talent prometteur de Paul Mitchell au sein du club monégasque. La pression autour de ce nouvel acteur du club sera importante mais permettra, on l’espère, à l’ASM de revenir dans la course à la Ligue 1 (Top 3) et à terme en Coupe d’Europe.

 

Sorurces : footmercato.com ; TheGuardian, telegraph.co.uk, – Photo par Picture Alliance / Icon Sport 

5 2 votes
Note l'article