D. Rybolovlev : “Depuis 2011, nous avons de quoi être fiers”

D. Rybolovlev : “Depuis 2011, nous avons de quoi être fiers”

17 juin 2020 6 Par Clement P

Propriétaire de l’AS Monaco depuis décembre 2011, Dmitry Rybolovlev s’est confié à Nice-Matin, où il est notamment revenu sur le parcours de l’AS Monaco depuis son arrivée. Extraits.

L’AS Monaco se retrouve dans la zone rouge de la Ligue 2 et dans une crise sans précédent lorsqu’un certain Dmitry Rybolovlev, un magnat russe qui a fait fortune dans la potasse, rachète 66% des parts du club. Le club termine finalement à la 8ème place et sera champion de France de Ligue 2 la saison suivante, sous les ordres de Claudio Ranieri. Une fois remontée en Ligue 1, l’ASM terminera plusieurs saisons d’affilée sur le podium et permettra au président russe de découvrir la Ligue des Champions, “un rêve toujours d’actualité” pour le Russe. A l’occasion du quart de finale contre Arsenal, Rybolovlev avouera avoir connu son moment le plus fort depuis son arrivée sur le Rocher : “Après avoir encaissé le deuxième but, je n’ai pas pu continuer à regarder le match, c’était tellement dur”.

Si le match contre Arsenal et la saison du titre sont ses meilleurs souvenirs, l’oligarque russe n’oublie pas la situation actuelle, notamment sur la saison dernière, “le moment le plus compliqué, la situation était catastrophique”. Le président monégasque avoue sans problèmes sa part de responsabilité dans la crise que traverse l’ASM : “J’ai dû trop déléguer dans la gestion du club ; au début je ne voyais pas que le problème était aussi grand. C’était une crise très profonde, qui touchait l’ensemble du club”.

Rybolovlev est également revenu sur sa collaboration avec Vadim Vasilyev, l’ancien vice-président du club rouge et blanc. Selon lui, ce fût le moment le plus douloureux, car il “a beaucoup apporté à l’AS Monaco, où le club a eu beaucoup de succès lorsqu’il était en poste”, même si par la suite Vasilyev a “commis des erreurs sérieuses dans la gestion du club”. Lorsque l’on aborde Vasilyev, vient souvent le sujet Leonardo Jardim. Le président continue de penser que le rappeler était la bonne solution, il reste “reconnaissant envers Jardim d’avoir accepter de revenir et d’avoir sauver le club de la relégation, même si les circonstances ont fait que ça n’a pas été plus loin”.

Enfin, il est revenu sur les relations avec le Palais et les nombreuses rumeurs concernant la vente du club : “Les relations avec la famille princière sont normales, nous avons célébré de nombreuses victoires ensemble et le titre de champion, mais également des moments plus difficiles. Nous discutons des changements nécessaires et je comprends le Prince et je partage sa déception sur la situation actuelle.

Le dirigeant russe a conclu l’interview en déclarant que “l’AS Monaco représente une grande partie de moi-même et de ma vie. C’est un grand bonheur, mais aussi, parfois, de déceptions. Le plus important c’est d’aller chercher de nouveaux succès”.

Source : Nice-Matin / Photo : Pascal Della Zuana – IconSport

4 1 voter
Note l'article