Igor Lolo : “Lacombe m’a un peu pourri”

Igor Lolo : “Lacombe m’a un peu pourri”

1 juin 2020 10 Par Geoffroy B.

Avant des associations moins heureuses, Monaco comptait dans ses rangs le fin technicien Nenê et le rugueux défenseur Lolo. L’international ivoirien était interrogé par FootMercato. Morceaux choisis.

A 19 ans, il pose ses valises en Europe

Formé dans une prestigieuse academy, celle de Jean-Marc Guillou, Igor Lolo a connu des championnats bien différents : la Belgique, l’Ukraine, la France et la Russie. Contrairement à d’autres joueurs de couleur, il n’a pas souffert du racisme dans l’ex-URSS et admet bien volontiers des arrangements un peu particulier sur certains matchs. Dans sa carrière, Il a côtoyé un ancien monégasque à Beveren et au Metalurg Donetsk, Yaya Touré : « Tu as l’impression qu’avec son corps il ne peut pas faire certaines choses, mais attention, c’est un faux lent. Il était très fort. A Barcelone, il y avait du monde, mais il arrivait à se démarquer. Mais quand il arrive à City, il démontre à tout le monde qu’il est un joueur exceptionnel, il marque des buts magnifiques, pose le ballon quand il veut, alors que toute l’équipe s’appuie sur lui. Niveau foot, il est très fort, très intelligent. » Il croisera aussi l’illustre Lacina Traoré Ménéné au Kuban Krasnodar.

Une signature en deux temps

En Principauté, l’histoire est loin d’être idyllique et même acadabrantesque avec le défenseur : « Je suis à Monaco. Je viens pour signer mais on me dit que je dois faire un essai. Je trouve ça bizarre pour un international ivoirien qui sort de trois saisons pleines en Belgique. Je l’ai mal pris mais j’ai joué le jeu. Sur le dernier match amical, contre l’AS Roma, le président vient me voir dans les vestiaires pour me dire qu’on signait le contrat le lendemain, à 11h. Moi, je suis super content, d’autant que j’avais fait de bons entraînements, de bons matches. Le lendemain arrive, l’heure passe, j’appelle mon agent pour en savoir plus. Il me dit d’attendre, me parle d’un petit souci. J’ai su finalement que c’était un problème de sous. » L’international ivoirien signera finalement quelques mois plus tard sur le Rocher…

Ligue 1, championnat tremplin

Impressionné par Nenêtechniquement hors du commun“, Igor Lolo le fut nettement moins par un illustre moustachu : « Monaco, ça reste un très bon souvenir. Mais la fin avec Guy Lacombe s’est très mal passée. Avec Ricardo, ça s’est très bien passé. Lacombe m’a un peu pourri. Sportivement, j’avais ma place. C’était une bataille professionnelle. Il avait sans doute un problème contre moi. Mais je l’obligeais sportivement à me faire jouer. […] Il a créé des problèmes à d’autres, Gosso, Nkoulou, Haruna… […] On voyait la L1 gamin en Côte d’Ivoire, c’était un objectif. Je me suis retrouvé dans un bon club comme Monaco par la grâce de Dieu et mon potentiel. C’est un championnat très dur. Mais un plaisir avec ces grands joueurs, ces stades. Si tu t’imposes en France, tu peux jouer partout. »

Source : FootMercato / Photo : Dave Winter – Icon Sport

3.7 3 votes
Note l'article