Lumière sur le football féminin à Monaco

Lumière sur le football féminin à Monaco

7 juin 2019 13 Par Ophély M

Alors que la Coupe du Monde de football féminin commence ce vendredi en France avec la rencontre d’ouverture entre les Bleues et la Corée du Sud (match à 21h00 au Parc des Princes), l’équipe d’ASM Supporters a tenu à mettre en lumière la section féminine de l’AS Monaco. Pour cela nous avons interrogé Thomas Martini, responsable du développement de l’ASM Football Féminin.

Pouvez vous rapidement présenter le club (historique, nombre de licenciés, différentes équipes, …) 

Le football féminin sur Monaco existe depuis 1977, l’association qui gérait à l’époque le football féminin était l’OSM, l’Omnium Sport de Monaco, qui a duré jusqu’en 2010, année à laquelle elle a été dissoute. Sous les années de l’OSM, le club a connu la D1, D2 dans les années 80-90 et aussi champion de France en U13 et U15. Dans les années 2000, la gardienne de l’équipe de France actuelle, Sarah Bouhaddi (aujourd’hui à Lyon ndlr) était au sein de Monaco.

L’Association Sportive Monaco Football Féminin est créée en 2011, à la suite de l’OSM, cette entité fait partie de l’ASM Omnisport, plus grosse entité sportive avec 4500 licenciées qui chapeaute toutes les entités sportives, basket, judo, natation, squash, etc..

Nous sommes donc une entité qui n’a réellement que 8 ans d’existence. Nous démarrons la saison 2011/2012 avec uniquement 13 licenciées séniors au sein du club. Le club connaîtra une croissance très lente entre 2011 et 2015 où le nombre de licenciées passera de 13 à 50 licenciées en 5 ans. À partir de la saison 2015/2016, le club connaît un grand virage avec la mise en place d’un premier projet de 4 ans.

Les objectifs de ce projet sont multiples avoir une équipe au plus haut niveau sénior Régional, nous terminons cette année 4ème de Régional à 3 points des barrages de montée en D2, restructurer toutes les équipes jeunes, ce qui est le cas aujourd’hui. Pour vous donner un rapide panel du club, nous terminons la saison 2018/2019 avec 150 licenciées, soit une augmentation de 300% en 4 ans.

Nous avons une école de football qui démarre de 6 jusqu’à 12 ans, une équipe U15 District, une équipe U18 District qui a terminé championne cette année et qui accédera au niveau Régional et deux équipes séniors, 1 en Régionale et 1 en Départementale. Nous avons remis en place toute la formation du club afin de pouvoir permettre à une jeune fille de démarrer à 6 ans chez nous et de pouvoir y faire toute sa carrière.

Vous êtes en DH depuis maintenant quelques années. Cette saison, vous terminez 4ème au classement à quelques points du podium. La montée est l’objectif de la saison prochaine ?

C’est notre 3ème année consécutive en Régionale, avec une évolution chaque année, première année nous terminons 8ème, la saison dernière nous terminons 6ème et cette année nous terminons 4ème à 3 points des barrages, nous arrivons à nous améliorer chaque année. Notre objectif la saison prochaine sera de jouer les barrages pour monter en D2.

Malgré un nom identique, les sections masculines et féminines de l’ASM ont des dirigeants différents au contraire d’autres clubs de L1 comme Lyon ou Montpellier. Y’a-t-il néanmoins des échanges ou des entraides entre vous et la section masculine ? 

La différence va plus loin que ça, nous sommes un club indépendant, avec nos statuts, notre numéro d’affiliation à la FFF propre à notre club, un conseil d’administration propre au club et un président élu par les adhérents du club.

Nous avons des échanges mais pour le moment le club de l’ASMFC ne souhaite pas développer le football féminin. Les échanges que nous avons se situent sur la possibilité d’avoir deux places VIP par match pour nos sponsors.

On parle souvent d’un contexte particulier concernant le sport et plus précisément le foot à Monaco. Est-ce que vous aussi vous ressentez ce contexte particulier ?

Monaco est un contexte particulier dans le sens où nous jouons pour une Principauté, pour un territoire qui a son histoire liée au sport dans toutes les disciplines. La Principauté est une terre de réussite sportive et nous souhaitons atteindre ce niveau.

L’Academy masculine joue ses matchs à domicile hors de la Principauté (Menton, Beausoleil, Cap d’ail ). Pour vous, où ont lieu vos entraînements et vos matchs ? Est-ce que cela n’est pas trop dur de jouer souvent loin de Monaco même à domicile ?

Les terrains sont une problématique très difficile à Monaco. Pour notre part, nous sommes entre 3 terrains pour nos équipes. L’école de football s’entraîne les mardis et jeudis de 17h30 à 18h30 sur le Stade Didier-Deschamps à Cap d’Ail.

Les U15 et U18 s’entraînent sur le Stade des Moneghetti à Beausoleil, stade qui est susceptible de disparaître dans les mois ou années à venir donc grosse problématique par rapport à cela. Et les seniors s’entraînent les mardis, mercredis et vendredis sur le Stade de Blausasc (environ à une trentaine de km de Monaco ndlr), donc on peut dire que nous jouons à domicile en dehors de Monaco.

Avec la Coupe du Monde en France est ce que vous attendez à avoir de nouvelles licenciéEs à la prochaine rentrée ? Et est-ce que le titre de champion du monde masculin a eu un impact sur votre nombre d’adhérents ? 

L’engouement pour le football féminin est immense, nous avons eu les premières retombées de la Coupe du Monde masculine et un afflux de nouvelles licenciées, et bien évidemment, nous espérons que la Coupe du Monde en France incitera de nombreuses jeunes filles à venir au football, les mentalités sur le football féminin sont en train de changer et c’est une grande victoire pour notre discipline.

La Coupe du Monde commence dans quelques jours. Que pensez-vous du groupe de la France (Corée du Sud, Norvège, Nigéria) ?

Je pense que la France possède un groupe abordable même si le match d’ouverture contre la Corée ne sera pas une rencontre facile.

D’après vous à quelle place peut terminer la France ? Et quel serait son principal adversaire ?

Je crois fort en cette équipe de France pour aller remporter le trophée, cette équipe a tous les atouts pour aller au bout de ce Mondial et remporter ce premier titre mondial sur ses terres. Pour le concurrent principal, je pense que les Etats-Unis et le Japon sont les nations qui seront les plus à redouter.

Enfin quelles sont les principales joueuses à suivre lors de ce mondial ? 

Chaque nation possède ses joueuses phares, je pense qu’il faudra avoir un œil sur toutes les nations et sur toutes les joueuses, en espérant avoir une Amandine Henry au-dessus du lot même si la joueuse la plus technique se trouve en Allemagne avec Marosczan (Meilleure joueuse de D1 au trophée UNFP, joueuse de l’OL ndlr).

Merci à Thomas Martini d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Nous souhaitons bonne chance à l’équipe pour son dernier match de la saison face à Nice en Coupe Paul Marenco (Coupe du district de la Côte d’Azur) .

Daghe Munegu !

Lumière sur le football féminin à Monaco
5 (100%) 4 vote[s]